Santé

Qu’est-ce qu’une ménopause atrophique ?

La maturation organique chez la femme s’apprécie sur plusieurs phases qui ont surtout trait à son cycle génital. Elle s’achète généralement par la ménopause. Toutefois, il arrive d’être en face d’une ménopause atrophique chez certaines femmes. Pour savoir ce que c’est, lisez ce qui suit.

Ménopause atrophique : ce qu’il faut savoir

Le cycle féminin s’apprécie de la puberté à la ménopause. Pendant la période pubère de la femme, certains mécanismes ont lieu pour produire une quantité importante d’œstrogènes en vue d’une excellente ovulation.

Lire également : Quels sont les signes d’une infection pulmonaire ?

Mais, lorsque la femme atteint la ménopause, le taux d’œstrogènes produit est très faible. C’est d’ailleurs la raison de l’incapacité à féconder de la femme à cette étape. De ce fait, il est possible d’assister une ménopause atrophique. En réalité, la ménopause atrophique se caractérise par un amincissement des parois vaginales à cette phase du cycle féminin. Autrement dit, le faible taux d’œstrogènes crée une réduction du tonus vaginal. Pour cela, vous constaterez certaines anomalies liées à votre appareil génital.

Les causes de la ménopause atrophique

Bien que la ménopause atrophique soit d’origine organique, il faut noter qu’elle n’est pas aussi apparente chez toutes les femmes. Nombreuses sont donc les raisons qui peuvent provoquer l’accentuation de ce phénomène.

A découvrir également : Quelle est la mutuelle la moins chère pour les retraités ?

D’abord, il y a le tabagisme qui en plus d’affecter les poumons, réduit le flux sanguin. Ce qui impacte la circulation du sang et de l’oxygène vers le vagin. En conséquence, le taux d’œstrogènes est réduit considérablement.

Aussi, le fait de ne pas accoucher par voie vaginale peut être la cause d’une ménopause atrophique. Par ailleurs, l’absence d’activité sexuelle est également susceptible de causer une atrophie vaginale pendant la ménopause.

Manifestations de la ménopause atrophique

Ménopause atrophique

Ce qui est plus apparent en termes de ménopause atrophique est l’amincissement des parois vaginales. Mais le constat s’accentue lorsque la femme souffre d’un manque d’humidité vaginale.

C’est la conséquence directe du resserrement des voies vaginales. Aussi, la ménopause atrophique peut se manifester par des inflammations et par des brûlures au niveau du vagin. Plus loin, la femme peut vivre un inconfort tant lors de la miction d’urine qu’au cours des rapports sexuels.

À cela s’ajoutent les démangeaisons vaginales. Par ailleurs, notez que des fuites involontaires d’urines peuvent également subvenir dans le cas d’une ménopause atrophique.

Prise en charge de la ménopause atrophique

Une ménopause atrophique peut se présenter sans risques majeurs pour une femme. Mais dans certains cas, il est indispensable de consulter un gynécologue. Celui-ci vous soumettra donc à des examens afin de déterminer le traitement qui vous convient.

Pour les examens, il faut savoir qu’il s’agira d’une étude du frottis vaginal, des tests d’urine, de sang et d’acidité vaginale. À cela s’ajoutera un examen spécial pour explorer le pelvis ainsi que la vulve.

Notez que certains examens viseront à apprécier aussi votre taux d’œstrogènes. Cela dit, un traitement à l’œstrogène (oral ou topique) est préconisé pour solutionner une ménopause atrophique.

À présent, vous en savez assez sur la question de la ménopause atrophique. Tenez-en compte pour suivre votre maturation génitale.

Article similaire